Soutenir spirituellement

Le développement humain intégral de l’homme inclut le droit inaliénable à la liberté religieuse : la lutte contre la pauvreté peut prendre une forme matérielle, morale ou spirituelle, et toutes sont légitimes, également requises et indivisibles. Qu’une seule vienne à manquer, et c’est l’ensemble de l’édifice du RES qui s’ébranle et menace de s’écrouler. Le désir personnel de s’impliquer par la prière est aussi un devoir pour les chrétiens. Ce désir est indissociable de la joie comme du respect des autres formes de service et de la présence au sein du RES de personne de culture et de religion différentes. Cela implique de tous une adhésion du cœur et un respect des consciences qui doivent être libres et fondés sur le désir de service dans la richesse de la diversité des personnes.

Notre Mission : Répondre à la demande des missionnaires d’un soutien de prière dans les difficultés qu’ils rencontrent au service des pauvres. Partager leurs larmes et leur amertume, comme leur confiance sans cesse renouvelée que Dieu tiendra sa promesse et répondra aux supplications des pauvres face à l’indifférence et au rejet dont ils sont victimes.

Notre Objectif : Contribuer spirituellement à un monde de paix et à une civilisation de l’amour, et rendre l’espérance et la joie aux pauvres.

Les Moyens mis en oeuvre : Plusieurs membres chrétiens du RES font partie du groupe de prière qui prend en charge les intentions des missionnaires, ce sont les « anges gardiens adorateurs ». Ils s’intègrent au sein d’un groupe existant, ou en créant un nouveau groupe autour d’une des intentions, et communiquent des nouvelles aux missionnaires concernés en lien avec leur ange gardien veilleur.

hopital-ste-therese-liban
soeur-guerre-liban

Depuis quand RES soutient-il les missionnaires par la prière ?

Dès 2008, les soeurs maronites de Sainte Thérèse au Liban ont demandé ce soutien de la prière au RES. Puis un groupe de prières s’est formé en 2011 à Bourg en Bresse (France) pour soutenir des missionnaires au Sénégal qui appelaient constamment à l’aide. Un prêtre, un mari et sa femme, deux autres membres du RES ont pris du temps dans leur quotidien de chrétien pour prier à leurs intentions. Devant l’encouragement des religieuses qui bénéficièrent de ce soutien de prière, le RES a décidé de rendre accessible ce service à tous les missionnaires.  Pour mettre en place ce service, a été créée une adresse email : oremus.res@gmail.com
Il suffit aux missionnaires d’envoyer un petit texte donnant les intentions. Ils joignent des détails utiles à la prière, notamment : le contexte de la mission, des photos, quelques détails sur les bénéficiaires, les difficultés qui affectent la mission. Ce peut être une religieuse ou un prêtre qui demande de prier pour lui même ou pour sa communauté, pour une personne pauvre ou pour sa famille, mais aussi et souvent pour le contexte local dans le pays ou pour des calamités naturelles, ou pour une situation familiale ou personnelle qui affecte ce service des pauvres des missionnaires.

Qui peut être Ange Gardien adorateur au RES ?

Tout croyant qui a le désir de lutter contre la pauvreté dans son quotidien par la prière. Les catholiques et les chrétiens peuvent en outre rejoindre une dizaine de membres du RES qui font déjà partie de groupes de prières. Leurs origines sont variées : jeunes ou adultes, célibataires ou bien père et mère de famille, sans emploi ou avec des responsabilités professionnelles, ce sont principalement des laïcs ou encore un prêtre du diocèse de l’Ain (France).

Est-ce que des congrégations religieuses prient pour RES ?

Oui et on peut aussi remercier 3 communautés religieuses qui assurent une veille permanente de prière pour soutenir la mission du RES : les religieuses contemplatives de la communauté Saint-Jean à Romont (France), le monastère du Carmel du Pâquier en Gruyère (Suisse) et la congrégation des Petites Soeurs Missionnaires de la Charité à Madagascar.

Quel est le sens de la prière pour l’aide au développement humain ?

En plaçant dans les louanges dun matin le Psaume 76 que nous venons de proclamer, la liturgie veut nous rappeler que le début de la journée nest pas toujours lumineux. De même que se lèvent des jours ténébreux, au cours desquels le ciel est couvert de nuages et menacé par la tempête, ainsi, notre vie connaît des journées emplies de larmes et de peurs. Cest pourquoi, dès laube, la prière devient une lamentation, une supplication, une demande daide. Notre Psaume est précisément une imploration qui sélève vers Dieu avec insistance, profondément animée par la confiance, et même par la certitude de lintervention divine. Pour le Psalmiste, le Seigneur nest pas un empereur impassible, relégué dans ses cieux lumineux, indifférent à notre existence. Cette impression, qui tenaille parfois notre coeur, fait naître des interrogations si amères quelles mettent notre foi à lépreuve:  « Dieu nie-t-il son amour et son élection? A-t-il oublié le passé, lorsquil nous soutenait et nous rendait heureux? ». Comme nous le verrons, ces questions seront balayées par une confiance renouvelée en Dieu, rédempteur et sauveur. »

Saint Jean Paul II, audience générale du 13 mars 2002

 

3-religieuses
psmc