vangaindrano-l'hopital public

Isolés, abandonnés à leur sort

Ranomena est situé à 42 km de Vangaindrano. Cette petite bourgade campagnarde est reliée à la capitale régionale par une piste en très mauvais état. L’accès d’arrivée au village est si endommagé, détérioration provoquée par l’érosion de l’eau entre de gros blocs, que deux véhicules tout-terrain sont en réparation, bloqués sur place. Même les caïds de la moto ont des difficultés à franchir les obstacles, même sans passager, seuls sur leur engin.

Isolés, abandonnés à leur sort, les habitants de cette région sont pour la plus grande majorité très pauvres. Ils vivent principalement de l’élevage et de l’agriculture. Cette pauvreté extrême provoque malheureusement des débordements et des mauvaises conduites. Sœur Philomène, responsable de la Communauté, m’informe qu’une famille de huit personnes a été la proie des voleurs ; on les a dépouillés de tout, jusqu’à leurs vêtements. Elles se sont retrouvées intégralement nues dans la rue. Les voleurs de zébus font également légion dans la région et découragent les éleveurs à poursuivre leur gagne-pain.

Avant de quitter Vangaindrano, je me suis rendu à l’hôpital rendre visite à la fille sauvagement agressée par son ex-ami dans la nuit du 5 avril dernier. Ses graves blessures laisseront d’importantes cicatrices, mais ses jours ne semblent heureusement plus en danger. Les conditions de séjour sont difficiles ; huit patients occupent la même chambre, non ventilée, malgré la chaleur étouffante. Ce sont de simples lits et lorsque le malade alité n’a pas la force de se tenir assis, un membre de la famille se place dos à dos avec ce dernier. En sus du problème médical, le souci de beaucoup de familles pauvres, c’est de trouver l’argent nécessaire pour financer l’hospitalisation et les frais d’achat des médicaments. Il n’y a aucune assurance ; il faut emprunter. Il arrive que des usuriers demandent des taux d’intérêts exorbitants et la famille mettra des années à rembourser sa dette.

Belle semaine.

François

ranomena-soeurs-philomene pascaline et marie-therese

ranomena-soeurs-philomene pascaline et marie-therese

ranomena-la  maison d'accueil

ranomena-la maison d’accueil

Vangaindrano-Natacha victime d'une agression sur son lit d'hôpital

Vangaindrano-Natacha victime d’une agression sur son lit d’hôpital