Moramanga - Soeur Dr Amélie Vero

Témoignage de chaleur humaine pour apaiser les souffrances !

Bonsoir à tous,

A Moramanga, à l’hôpital des Sœurs Petites Servantes du Sacré Cœur, le travail ne manque pas. Avec 56 tuberculeux en traitements, 7 nouveaux lépreux depuis le début de l’année, des cancéreux, des malades de tous genres, il faut une bonne dose d’énergie et de résistance. A la longue, me dit Sœur Dr Amélie Véro, cette misère, ces souffrances nous usent et nous obligent à lever le pied de temps en temps.

Il y a un mois, une collègue religieuse de Tana a rapatrié ici une maman et sa fille qui vivaient parmi les ordures et s’en nourrissaient. La maman pesait 28 kg et sa fille n’était plus qu’un squelette. Face aux dangers et aux railleries, cette femme était devenue agressive et renfermée sur elle-même. Aujourd’hui, ces deux patientes prennent gentiment des forces et retrouvent un sens à leur vie grâce aux soins prodigués mais surtout aussi à la chaleur humaine déployée par les Sœurs et le personnel soignant.

Un homme de 53 ans, hospitalisé ici dernièrement, est peu chanceux : il est à la fois tuberculeux et lépreux, cas presque inconnu dans le monde médical. Sœur Amélie Vero précise que le lait convient particulièrement bien pour rétablir la majorité de leurs patients tuberculeux ou lépreux. Le splendide parc de 12 hectares de fleurs et de verdure, magnifiquement entretenu,  entourant les infrastructures hospitalières, influe certes positivement également sur le rétablissement physique et mental des malades.

Au Centre Ankazobe des Petites Filles du Sacré Cœur de Jésus, Sœur Gemma, anciennement supérieure de la Congrégation, remplace Sœur Gisèle comme responsable du site. Cette année, 95 enfants orphelins ou pauvres errant dans les rues ont la chance de bénéficier du soutien financier et éducatif de la Communauté. Pour l’instant, il n’y a pas d’école sur le site, mais les religieuses assurent le financement de l’écolage et du matériel scolaire afin que tous leurs protégés puissent fréquenter l’école. En retour, certains élèves apportent un peu de bois ou de charbon pour la cantine. Pour subvenir aux besoins essentiels avec le peu de moyens de la Communauté, tous les mètres carrés situés dans l’enceinte du Centre sont mis à profit pour cultiver des légumes, produire des fruits, élever de la volaille, des lapins.

Intentions de prière demandées par les Communautés :

  • La sécheresse a frappé et la famine menace un grand nombre de pauvres. Prier pour assurer un minimum vital à tous ces démunis.
  • Beaucoup d’enfants ne vont pas encore à l’école. Prier pour que les droits de tous ces jeunes innocents soient respectés.

Amitié

François