Kaedi - quelques enfants de la garderie

Rencontre avec les pauvres de Kaédi en Mauritanie

Aujourd’hui vendredi,  c’est le nettoyage des locaux au Centre nutrition. Tout est propre, l’entretien des bâtiments est effectué régulièrement. Sœur Marie Carmen nous explique qu’actuellement il y a rupture de stock de farine de céréales ; le PAM a stoppé son aide. RES est remercié pour la livraison de son précieux lait 1er âge dont bénéficient les orphelins ainsi que les bébés malnutris, quelquefois sévèrement. Sœur Marie Carmen n’ose pas demander, mais le lait 2ème âge serait également fort apprécié. Pour le lait entier très bénéfique aux jeunes enfants et aux femmes enceintes et allaitantes, la possibilité d’acheter ce lait (INCO) dans le pays à 8,5€ les 25 kg pourrait être intéressant dans le futur. Pour info, Sœur Marie Carmen demande qu’à l’avenir les colis RES soient envoyés au nom de Sœur Marie Louise NGOM, sa successeur.

A la garderie, c’est actuellement 101 enfants qui profitent d’un encadrement exemplaire et de locaux bien entretenus. Les prévisions d’inscription sont largement dépassées puisqu’elles étaient basées sur une cinquantaine d’enfants. La participation des parents s’élèvent à environ 1,3€/mois. L’engagement, le tact et la grande expérience de Sœur Marie-Carmen permet d’obtenir une solidarité et une entente exemplaire entre les collaboratrices, dont une monitrice supplémentaire est venu garnir les rangs. Faute de moyens financiers, le point faible de la structure est l’absence total de jeux, d’appareil vidéo, de balançoires, de toboggans.

La coopérative de femmes initiée par Sœur Marie Carmen est aujourd’hui autonome depuis octobre dernier. Le résultat est encourageant. 28 femmes travaillent actuellement, dont chacune dans sa petite parcelle,  dans cette structure financée par l’association « Manos Unidad ». L’équipement est fonctionnel avec un forage d’une trentaine de mètres de profondeur et une pompe fonctionnant à l’énergie solaire. De plus, un frigidaire permet la production de sachets de glace très demandés dans la région. La caisse collective est alimentée par le versement mensuel de 0,8€/sociétaire. Grâce à cette structure fonctionnelle, ces femmes courageuses nourrissent leur progéniture souvent nombreuse et récoltent quelque argent de la vente de légumes sur les marchés.

D’autres structures de ce genre, plus petites et moins bien équipées, créées sans aides extérieures, ont vu le jour grâce au courage et à la persévérance de Sœur Marie-Carmen. L’association « Manos Unidad » intervient uniquement lors de l’aménagement de grandes parcelles de terrain, difficiles à trouver en ces lieux.

Merci à RES pour sa précieuse aide, dont entre autre l’achat d’un ordinateur.

Amitiés.

Frédéric et François