img_3020-fianarantsoa-des-tricots-grueriens-pour-les-pauvres

Des nouvelles du centre des filles de la Charité à Fianarantsoa

Une immersion dans les activités des Soeurs et leurs inquiétudes pour l’avenir. Notre ange gardien François continue de régulièrement nous informer

Le chemin d'accès à la communauté

Le chemin d’accès à la communauté

Le lait suisse est toujours très apprécié dans ce Centre des Filles de la Charité à Fianarantsoa, mais pour combien de temps encore ? L’inquiétude pour l’avenir de ce don si précieux est grande pour les huit Sœurs œuvrant dans de multiples activités, à savoir :

  • scolarisation et éducation des enfants
  • gestion d’un centre pour handicapés mentaux
  • conduite d’un centre de consultations familiales
  • secours aux sans abris, aux personnes déplacées et âgées
  • mise en place d’un programme nutritionnel spécial
  • cantine scolaire pour plus de 200 élèves
  • catéchèse aux enfants et adolescents
  • assistance aux prisonniers
  • visites à domicile
  • promotion féminine
  • formation professionnelle (couture, broderie)
  • accueil des pauvres, des malnutris, des malades au Centre social
Soeur Madeleine dans le local de stockage

Soeur Madeleine dans le local de stockage

Sœur Madeleine Razafiarisoa (il y a plusieurs Madeleine), responsable du lait et de la formation professionnelle, forme actuellement 28 jeunes filles à la couture et à la broderie. Ses talents de créatrice de nouvelles broderies font merveille. L’idéal serait d’avoir 10 machines à coudre, me dit-elle, mais je me débrouille avec les cinq que nous possédons en gérant un tournus adapté à la situation.

Sœur Madeleine me prie de transmettre aux groupes de prières de penser aux villageois de Kelimahery et Tamboharivo (région Tsiroanomandidy) où vivent 11 de ses frères et sœurs. Ces derniers ont déjà été pillés à cinq reprises par des voleurs malgré un contrat d’assistance de ces villages avec l’armée. Le contrat a été chèrement payé (2 millions d’ariary), mais le constat est alarmant ; la protection des villageois est inexistante et les soldats sont complices avec les voleurs.

J’ai eu la chance de rencontrer Sr. Zénaïde et Sr. Lucie ici à Fianarantsoa. Les discussions ont été cordiales et utiles, en particulier au sujet des demandes d’aide des différentes Communautés.

François